Description :

La maladie se manifeste en premier lieu par une décoloration brunâtre des feuilles qui se dessèchent ensuite et restent encore temporairement attachées à la plante. Des spores rose clair apparaissent sur les faces inférieures des feuilles.

 

Un traitement correct permet de maîtriser adéquatement ces maladies. Un traitement dans les délais permet d’éviter de gros dégâts. Dans les grandes plantations de buis il est préférable d’adopter une approche préventive. Les dégâts peuvent être énormes si aucun traitement n’est effectué en cas d’attaque. Généralement, les dommages se manifestent au début par quelques petites taches qui, la seconde année, s’étendent pour recouvrir de grandes surfaces. Les dégâts les plus importants se développent en été et en automne, surtout dans des conditions humides et à des températures élevées. Dans ce cas, une vigilance accrue s’impose certainement, surtout après des pluies violentes. Les plantes infectées peuvent totalement se rétablir dans le cas d’un traitement adéquat.

Astuce

Pour savoir si vos buis sont atteints par le Volutella buxi :

  1. Couper un rameau infecté
  2. Humidifier le rameaux et les feuilles
  3. Conserver le rameau humide dans un sachet en plastique fermé à température ambiante pendant 3 à 4 jours
  4. Si des points rose clair apparaissent sur la face inférieur des feuilles, le buis est atteint

Moyen de lutte

  • Plusieurs traitements sont nécessaires pour maîtriser la maladie. Une bonne alternance des fongicides utilisés est nécessaire pour éviter la résistance. Le nombre de produits autorisés étant limité, le combat de la maladie n’est pas si évident.
  • Au cours des périodes de sécheresse, vous pouvez prolonger quelque peu les délais car le risque d’apparition de la maladie est alors moins grand. Au cours de périodes d’humidité, une vigilance accrue s’impose, même jusque fin octobre. Il est recommandé d’appliquer 4 à 5 traitements par an dans les jardins contenant de grandes quantités de buis ou les jardins infectés. Il est essentiel d’endiguer la maladie car de grandes quantités de spores se forment à chaque nouvelle reprise et le cycle redémarre alors à nouveau.

Prévention :

Une série de mesures adéquates permet de réduire fortement le risque d’apparition de la maladie.
  • Une bonne hygiène est recommandée mais elle n’offre aucune garantie d’endiguer les maladies. Evitez tout contact entre les plantes infectées et les plantes saines.
  • Il est totalement inutile de désinfecter les sécateurs. Il est mieux de traiter les plantes avec un bon fongicide après la taille.
  • Dans les jardins munis d’un arrosage automatique, il est préférable, en périodes de sécheresse, de donner beaucoup d’eau 1 fois par semaine plutôt que d’arroser tous les jours. De cette manière, les plantes sécheront plus facilement au soleil et le risque d’apparition du champignon s’en trouvera réduit. L’application d’une irrigation goutte à goutte est également conseillée.
  • Une fertilisation judicieuse permet aussi d’éviter de sérieux problèmes. Les plantes qui poussent lentement, semblent moins sensibles aux attaques. Il est dès lors préférable d’utiliser des engrais enduits. Il est essentiel d’éviter la surfertilisation.
  • La manière dont nous utilisons les buis a également une grande influence sur l’apparition de ces maladies. Les massifs denses, les formes taillées et les nuages sont nettement plus sensibles aux attaques que les arbustes qui ont connu une croissance naturelle. Dans de tels jardins, il est dès lors recommandé d’apporter des soins supplémentaires.
  • L’alternance au niveau des espèces permet aussi d’éviter bon nombre de problèmes. Il est certainement recommandable d’éviter les espèces sensibles. Certaines espèces de buis ne semblent pas ou peu sensibles et valent certainement la considération.